24 millions de visites additionnelles en 2014 pour ce moment clef de la restauration française

Paris, le 24 septembre 2014 –The NPD Group, un des leaders mondiaux des études de marché, étudiant tous les mois les habitudes de fréquentation des restaurants de plus de 14000 consommateurs français, révèle aujourd’hui que le déjeuner est le seul repas de la restauration commerciale qui a progressé en nombre de visites en France en 2014 (+1% sur les douze derniers mois à fin juin 2014). Entre juin 2013 et juin 2014, 24 millions de visites additionnelles dans les établissements de restauration commerciale ont été comptées à l’heure du déjeuner dans l’Hexagone.

La restauration rapide moteur de croissance incontesté

La restauration rapide est le contributeur clé de cette croissance avec une augmentation de 2% des visites enregistrées à l’heure du déjeuner pour ce circuit. Les fastfoods, les sandwicheries, les supermarchés proposant des sandwiches et des salades prêts à consommer sont à l’origine de ce dynamisme. La restauration à table, par contre, a reculé de 1% en visites au déjeuner. «La restauration rapide gagne du terrain depuis quelques temps déjà» commente Maria Bertoch, Industry Expert de la Division Foodservice Europe de NPD Group «ce circuit répond mieux aux exigences de rapidité, de variété de choix et de prix que le consommateur recherche pour le déjeuner. La restauration à table reste en difficulté même si certains acteurs qui jouent sur le concept de la restauration à thème (par exemple des chaînes de pizzérias ou de restaurants grill) affichent des signes d’amélioration de la fréquentation.»

Déjeuner type du Français: à heure fixe, à moins de 10 € et pour des raisons pratiques

Les Français conservent des horaires de repas très structurés. D’après les données NPD, 55% des visites pour le déjeuner se font entre midi et 13h et 35% entre 13h et 14h et ceci est valable à la fois pour la restauration rapide et la restauration à table. Ces données contrastent avec les habitudes des Espagnols par exemple qui prennent leur déjeuner à des horaires beaucoup plus variables entre 13h et 16h. «La pause déjeuner est un pilier de la culture culinaire française» continue Maria Bertoch «on retrouve les particularités des Français à travers nos données qui montrent clairement que malgré le développement d’enseignes qui servent à toute heure de la journée, les Français restent attachés à des heures de repas plutôt fixes».

En moyenne, les Français dépensent 8,6 € pour un déjeuner à l’extérieur (chiffres cumulés sur les douze derniers mois à fin juin 2014). Cette dépense varie forcément selon le circuit choisi: seulement 6 € pour la restauration rapide et 14 € pour un repas dans un restaurant classique.

44% des Français déclarent déjeuner à l’extérieur pour des raisons purement pratiques (j’étais à l’extérieur, j’étais pressé, j’avais faim / soif), le critère social ou de convivialité n’arrivant qu’en seconde place, cité par 32% des répondants (repas/sortie avec des amis, famille, en couple, repas professionnel…). Si l’on se penche sur la restauration à table uniquement, la convivialité demeure le critère de visite prépondérant lors du déjeuner, cité par 61% des répondants. Enfin, l’arbitrage entre la restauration rapide ou la restauration à table se fait en fonction du temps disponible pour manger et si le convive est seul ou accompagné. En toute logique, 32% des visites en restauration rapide au déjeuner sont effectuées par des adultes seuls contre seulement 8% des visites dans les établissements de restauration à table. « Les adultes seuls représentent une cible intéressante pour les établissements de restauration rapide» note Maria Bertoch «ils sont de plus en plus nombreux à sortir du circuit des cantines d’entreprise pour consommer en restauration commerciale et combiner leur pause déjeuner avec des courses ou d’autres activités personnelles. » .

Evolution des tendances: moins de vin au déjeuner et plus de visites en famille le weekend!

En ce qui concerne les tendances, les goûts des Français sont restés relativement stables depuis 2008. Toutefois, les chiffres montrent quelques variations notables pour les produits consommés lors du déjeuner surtout dans les établissements de restauration à table. Côté boissons, les colas, les boissons à base de fruits et les ice teas ont gagné du terrain au déjeuner, avec une augmentation de la consommation de ces produits de +7 % en nombre de commandes enregistrées par rapport à 2008 tandis que la consommation de vin a baissé, affectée par la crise et les changements des habitudes de consommation depuis 2008. Même chose pour les eaux minérales dont la consommation a baissé de plus de 15% depuis début de la crise en 2008 et qui sont souvent remplacées par la carafe d’eau.

Une autre tendance intéressante est la progression du poids des visites week-end au déjeuner liée aux sorties familiales, puisque les visites en famille ont gagné 4 pts en 2014 vs 2008 et représentent 27% de toutes les visites lors du déjeuner le week-end.

Enfin, les données NPD, montrent que plus d’hommes consomment leur déjeuner dans des établissements de restauration commerciale (47% en 2014 contre 44% en 2008) «Cette tendance est liée à la mutation du monde de travail car il y’a de plus en plus de postes commerciaux nomades et ces professionnels sortent du circuit des cantines d’entreprises. C’est exactement ce type d’évolution de fond et leur impact sur le secteur de la restauration que nos données permettent de d’identifier» conclue Maria Bertoch.

Le panel CREST mesure le nombre de commandes enregistrées à la caisse et non pas le volume de produits vendus


Pour plus d'informations, merci de contacter:

Marie Carbonnel (Française), PR Consultante,
Mobile : + 33 (0) 6 21 81 64 22
marie@greenfieldscommunications.com

Remplissez ce formulaire pour en savoir plus !