Restauration commerciale: les Européens boudent les restaurants

Malgré la conjoncture, les pizzas à emporter et les burgers font de la résistance en France

Paris, le 26 mars 2014 –The NPD Group, un des leaders mondiaux des études de marché, étudiant les comportements des convives tous les jours, révèle aujourd’hui les chiffres de la fréquentation des établissements de restauration commerciale (ensemble des établissements de restauration excluant les restaurants collectifs et les distributeurs automatiques) dans l’Europe des 5 (Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne). Le marché est en recul sur tous les pays – avec une baisse totale de la fréquentation des restaurants de -1,5% sur l’ensemble de l’Europe des cinq. En France 5,1 milliards de visites ont été recensées en 2013, un chiffre en baisse de -1,4% par rapport à 2012.

Des marchés plus affectés que d’autres

Avec le Royaume-Uni qui affiche une fréquentation identique à 2012, la France et l’Allemagne sont les pays qui semblent le mieux résister dans un contexte difficile avec des baisses de fréquentations de -1,4% et -1% respectivement. En Espagne et en Italie, la chute du nombre de visites d’établissements de restauration s’élève à -2,9% et -2,1% respectivement.

Maria Bertoch, Industry Expert de la Division Foodservice Europe de NPD Group, commente: «Nos chiffres montrent une tendance à la baisse depuis 2011 sur la majorité des marchés européens. Le Royaume-Uni fait figure d’exception avec une légère hausse de 0,4% entre 2011 et 2012 mais le même nombre de visites en 2013 par rapport à 2012 ce qui, venant d’un marché traditionnellement dynamique, prouve que nous sommes encore dans un contexte de crise. On notera pour la France cependant que si il y a certes une baisse de la fréquentation des restaurants en 2013, cette dernière est moindre que celle observée en 2012 (-2,2%).»

Le poids de la restauration rapide

Les visites dans les établissements de restauration rapide continuent de représenter la vaste majorité du marché: 70% des visites se font dans ces établissements contre 30% pour la restauration dite «à table». «;Cette tendance est due à la structure du marché Hexagonal» poursuit Maria Bertoch, «il y a un plus grand nombre de visites en restauration rapide en France avec l’achat de croissants et autres petits snacks le matin et à l’heure du goûter. On note d’ailleurs que le ratio 70% /30% est stable et n’a quasiment pas changé depuis la mise en place de notre panel en ligne en 2008.;»

Les produits chouchous des français et les segments qui tirent leur épingle du jeu;

Si l’on regarde l’évolution des segments depuis 2010 il est intéressant de noter que seuls les catégories des burgers et des pizzas à emporter restent dans le vert: si l’on cumule les visites sur 3 ans on obtient une progression à 2.1% pour le total de ce segment Burgers/Pizzas.

D’autre part, la progression des GMS (Grandes et Moyennes surfaces) en terme de restauration rapide est une tendance de fond si l’on regarde les données depuis 2010 où les boulangeries comptaient alors encore plus de visites que ces corners ou ces manges-debout dans les grandes surfaces qui sont aujourd’hui très prisés en particulier à l’heure du déjeuner.

Maria Bertoch conclut: «Au-delà de la baisse générale des visites en 2013, nos chiffres permettent également d’identifier les grandes tendances du marché telles que la popularité croissante du segment GMS au sein de la restauration rapide ainsi que les secteurs qui résistent dans une conjoncture délicate.»


Pour plus d'informations, merci de contacter:

Marie Carbonnel (Française), PR Consultante,
Mobile : + 33 (0) 6 21 81 64 22
marie@greenfieldscommunications.com

Remplissez ce formulaire pour en savoir plus !